issue

Fabrication

Comme toute entreprise, les entreprises de tabac considèrent leurs travailleurs et leurs usines uniquement comme des moyens de réaliser des profits. Les produits du tabac étant fortement attrayants et addictifs, la lutte antitabac doit prendre des mesures énergiques pour limiter leur attrait.

Une fois que la feuille de tabac brute a été cultivée par un cultivateur et vendue à un fabricant, elle doit être transformée en un produit de consommation désirable. Pour maximiser les profits, les fabricants de tabac tentent de fabriquer des produits aussi attrayants et addictifs que possible. Les normes de produits régissant ce processus de transformation visent à contrôler les caractéristiques des produits du tabac et les types de produits du tabac pouvant être vendus aux consommateurs.

Lorsque ces normes sont rédigées en tenant compte de la santé publique, les produits du tabac peuvent être obligés d’être moins attrayants et de créer moins de dépendance parmi les utilisateurs. De telles stratégies comprennent les interdictions d’arômes caractéristiques, les limites de la teneur en nicotine et les interdictions d’additifs qui accélèrent l’absorption de la nicotine dans le corps. D’autres politiques comprennent le gel du marché du tabac en empêchant l’introduction de nouvelles marques, en limitant une marque à une présentation unique pour éviter les suggestions implicites de réduction des méfaits dans les variantes, et en exigeant la divulgation des ingrédients aux organismes de réglementation et aux consommateurs.

Interdire l’ajout de menthol, l’arôme le plus largement utilisé dans les produits du tabac, a un potentiel considérable pour freiner le tabagisme. La recherche indique que la présence du menthol dans les cigarettes peut faciliter l’initiation et faire obstacle à l’arrêt. Heureusement, des lois interdisant la vente de menthol dans les produits du tabac ont été adoptées au Brésil, en Turquie, en Éthiopie, dans l’Union européenne et dans cinq provinces canadiennes.

Bien que les normes de fabrication qui limitent l’attrait et la dépendance des produits promettent de réduire le marché du tabac à long terme, ces règlements peuvent avoir des conséquences imprévues s’ils ne tiennent pas compte de l’ensemble du marché des produits du tabac. Par exemple, la position des variétés de cigarettes existantes sur le marché s’est consolidée lorsqu’elles ont été exemptées de l’examen préalable à la mise sur le marché en vertu de la loi des États-Unis étendant la compétence de la Food and Drug Administration aux produits du tabac. Les fabricants de cigarettes ont été autorisés à continuer de vendre un produit de consommation mortel avec seulement quelques restrictions, tandis que les obstacles à l’introduction de nouveaux produits potentiellement moins nocifs ont été codifiés.

Pendant ce temps, l’industrie mondiale du tabac s’est récemment consolidée par la privatisation, les fusions et acquisitions. Aujourd’hui, cinq entreprises contrôlent à elles seules 80 % du marché mondial des cigarettes. Ces entreprises ont automatisé et consolidé leurs propres usines, réduisant progressivement leurs effectifs. Par conséquent, maintenant plus que jamais, lorsque les entreprises de tabac affirment que les politiques de lutte antitabac menacent les emplois manufacturiers, nous ne devons pas oublier qu’elles maximisent leurs profits pour les actionnaires et non le bien-être de leurs travailleurs.


L'origine de la maladie

Les plus grandes usines de produits du tabac au monde

Bénéfices par décès

En 2015, les six plus grands fabricants de cigarettes au monde ont réalisé un bénéfice de plus de 62 milliards de dollars et les cigarettes ont tué plus de 6,4 millions de personnes, ce qui fait donc 9 730 dollars de bénéfice par décès.

References