solution

En quittant

Cesser de fumer présente des avantages importants, à court et à long terme, quel que soit l’âge du fumeur. Les gouvernements doivent élaborer des plans globaux pour aider les personnes qui souhaiteraient arrêter de fumer, les travailleurs de la santé étant probablement la ligne de front la plus efficace.

L’arrêt du tabagisme est bénéfique pour la santé à tout âge. Pour les fumeurs, le sevrage tabagique est l’un des meilleurs moyens de prolonger leur vie. Les avantages d’arrêter de fumer se produisent presque instantanément et la plupart des fumeurs souhaitent arrêter de fumer. Mais il est difficile pour la plupart des fumeurs d’arrêter de fumer, et la majorité font plusieurs tentatives au cours de leur vie, au cours desquelles ils perdent des années de vie. De plus, le sevrage tabagique est une intervention de santé rentable. En conséquence, les gouvernements et les prestataires de santé devraient mettre des ressources plus nombreuses et accessibles à la disposition des fumeurs pour les aider à arrêter, comme le stipule l’article 14 de la CCLAT de l’OMS. Cependant, la plupart des gouvernements ne jouent pas le rôle qu’ils devraient auprès de ceux qui souhaiteraient arrêter de fumer.

Il est important d’atteindre les jeunes fumeurs avec des messages et des aides de sevrage du tabac. Plus une personne est jeune lorsqu’elle arrête de fumer, et plus le bénéfice en termes d’années de vie est important. Le tabagisme fait perdre dix ans de vie, mais l’arrêt avant l’âge de 40 ans peut permettre de récupérer neuf de ces années en moyenne, car le sevrage à cet âge réduit de 90 % les risques de décès dû à une maladie liée au tabac chez un ancien fumeur. Par ailleurs, le sevrage des fumeurs adultes contribue presque immédiatement à la santé de la population.

Le système de soins de santé et les agents de santé devraient être en première ligne du sevrage tabagique. Ils peuvent toucher directement de nombreux fumeurs, interagir régulièrement avec eux, en particulier aux moments clés de la vie (par exemple, diagnostic de maladie, grossesse, etc.), et constituent généralement une source d’information fiable. En utilisant l’infrastructure de santé existante, la stratégie est également économique. Le sevrage devrait être intégré dans le travail des professionnels de santé en les formant pour 1) demander aux patients s’ils fument et le noter, 2) conseiller aux fumeurs d’arrêter et 3) offrir activement de l’aide pour arrêter de fumer. À l’heure actuelle, moins de la moitié des pays aident les agents de santé à arrêter de fumer ou à intégrer le sevrage tabagique dans les conseils médicaux de base, et moins d’un tiers consignent la consommation de tabac dans les notes prises sur les patients.

Actuellement, on voit trop peu d’exemples de stratégies réussies de sevrage au niveau de la population. Les gouvernements doivent investir dans la promotion du sevrage en élaborant des stratégies et des lignes directrices nationales fondées sur des données probantes, et en allouant des ressources suffisantes pour leur mise en œuvre. Les gouvernements peuvent mettre en place et maintenir des lignes téléphoniques nationales pour arrêter de fumer, promouvoir et soutenir les services de conseils aux personnes qui essaient d’arrêter (y compris les services de messagerie texte de téléphones mobiles), rendre les médicaments de sevrage plus accessibles et plus abordables, et établir des programmes de communication de masse pour favoriser l’arrêt du tabac. En 2017, seulement un quart des Parties à la CCLAT de l’OMS disposaient d’un budget clairement défini pour le sevrage, et moins d’un quart offraient une ligne téléphonique nationale gratuite. D’autre part, à quelques exceptions près, les pays ayant un IDH inférieur ont le plus de mal à élaborer des stratégies de sevrage. L’augmentation des taxes sur le tabac s’accorde bien avec ces efforts : des taxes plus élevées encouragent l’arrêt du tabac et une fraction des nouvelles recettes fiscales pourrait soutenir les programmes de sevrage.


Les changements bénéfiques pour la santé comprennent:

Indice de sevrage tabagique de l'OMS

References

Nilan K, Raw M, McKeever T, Murray R, McNeill A. 2017. Progress in implementation of WHO FCTC Article 14 and its guidelines: a survey of tobacco dependence treatment provision in 142 countries. Addiction.

Jha P, Ramasundarahettige C, Landsman V, Rostron B, Thun M, Anderson R, McAfee T, Peto R. 2013. 21st-Century Hazards of Smoking and Benefits of Cessation in the United States. NEJM 368, 4: 341-50.

Tengs TO, Adams ME, Pliskin JS, Safran DG, Siegel JE, Weinstein MC, Graham JD. Five hundred life-saving interventions and their cost-effectiveness. Risk Anal 1995; 15: 369–90.

Raw M, Ayo-Yusuf O, Chaloupka F, Fiore M, Glynn T, Hawari F, Mackay J, McNeill A, Reddy S. Recommendations for the implementation of WHO FCTC Article 14 on tobacco cessation support. Addiction 2017, online: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/add.13893/full